Rond-Point AccueilVilles >  Noms et lieux


Noms et lieux du Québec

Les publications du Québec
Commission de toponymie du Québec


Édition en deux formats :

  1. Dictionnaire illustré. 1994/1996. 978 p. 89,95 $CAN
  2. Cédérom multimédia. 1997. 54,95 $CAN

Extraits de la présentation par Henri Dorion Cette somme toponymique est le fruit d'une patiente recherche dont les premières amorces remontent au milieu de la décennie 1980. Le cédérom est un produit dérivé d'un volume publié en 1994, Noms et lieux du Québec, qui constituait la première véritable somme toponymique couvrant l'ensemble du territoire québécois.

En plus d'être un outil fort utile pour connaître et localiser un grand nombre de lieux du Québec, le cédérom contient une foule de renseignements d'ordre géographique, historique, économique, administratif, parfois même anecdotique, renseignements souvent intimement reliés au nom de chacun de ces lieux.

À l'heure des interrogations identitaires, une œuvre comme Noms et lieux du Québec est donc arrivée à point nommé.

La banque de données de la Commission de toponymie contient près de 315 000 noms géographiques, dont plus de 195 000, au 30 juin 1997, étaient officiels, c'est-à-dire avaient fait l'objet d'une adoption formelle par les membres de la Commission et d'une publication, requise par la Loi, dans la Gazette officielle du Québec. De ce corpus toponymique officiel, un peu plus de 6 000 noms de lieux font l'objet d'une rubrique dans le cédérom.

L'information contenue dans chaque rubrique cite, par ailleurs, d'autres lieux, d'autres noms et d'autres formes de ces noms, ce qui fait que Noms et lieux du Québec constitue une somme toponymique de plus de 20 000 noms géographiques.

Le contenu et les outils du cédérom

Le cédérom Noms et lieux du Québec vous offre de multiples modes d'accès à une grande quantité d'informations. Le logiciel affiche d'abord un menu principal à partir duquel vous pouvez accéder aux sections suivantes : ( Suivre ... )

Dictionnaire alphabétique

Le dictionnaire contient pour chacune des entrées toponymiques des informations générales et particulières. Le Rond-Point a choisi au hasard une ville et une région, soit la région de l'Estrie où se trouve la Municipalité régionale de comté de Memphrémagog et la ville de Magog. Il s'agit d'un exemple d'entrée toponymique pour montrer la structure du contenu du dictionnaire.

Appréciation du Rond-Point

Techniquement, le cédérom s'installe facilement. Les explications du Guide d'utilisation sont claires et bien ordonnées. Le menu principal du cédérom offre un aperçu bien structuré. Le Menu du Guide d'utilisation présente un plan détaillé des fonctions et du contenu du cédérom. Cette page fournit une idée juste de tout ce qu'il est possible de trouver dans Noms et lieux du Québec. Par ailleurs, la fonction recherche est intelligente et facile à exploiter. Il est bon de noter qu'une section spéciale a été judicieusement consacrée à la toponymie au Québec. Lorsque le système est en position de recherche, il aurait été bon de voir l'icone du sablier (particulièrement dans le cas de l'utilisation de la fonction recherche). La fonction Imprimer peut se faire en mode Écran ou texte complet. En mode Écran, les photos ne s'impriment pas, cependant les cartes peuvent être imprimées (choisir le mode Paysage) ; en mode Texte complet, les informations génériques et la description du toponyme s'imprime facilement en mode Portrait.

Le navigateur des Noms et lieux du Québec comprendra rapidement l'esprit du cédérom en lisant la Présentation d'Henri Dorion. « [N]ommer, écrit Dorion, c'est identifier, définir, caractériser. Nommer un pays, individuellement et collectivement, au fil du temps, c'est le reconnaître, c'est exprimer progressivement son identité, c'est emmagasiner dans la toponymie nationale une mémoire qui se prolongera au-delà même de l'existence physique des lieux dont elle aura enregistré les noms. La consignation des faits de la nature et de l'homme qui entourent la dénomination des lieux constitue une tâche essentielle dans l'agenda des peuples conscients de leur identité. »

Le contenu du cédérom est riche en information toponymique de diverses natures. À cet égard, la partie thématique est particulièrement intéressante pour tous ceux et toutes celles qui cherchent à comprendre le Québec d'aujourd'hui. La toponymie offre des perspectives originales ; qui peuvent alimenter notre réflexion sur notre propre pays, notre culture, nos traditions et nos aspirations. Les photos qui illustrent les lieux et les sites du Québec présentent une collection incomparable d'images. La lecture de quelques poèmes ou de diverses descriptions de voyageurs aurait sûrement enrichi les images de notre vision, d'aujourd'hui ou d'hier, du Québec actuel. Cela dit, il n'en reste pas moins que les textes sont écrits sobrement ; ils fournissent une information de base sur la toponymie du Québec. Les gentilés des lieux habités, dans la mesure où ils existent, permettent de nommer adéquatement les populations concernées.

La fonction Recherche permet au navigateur de faire des sélections multivariées qui lui permettront de découvrir des informations d'un caractère particulier. Par exemple, Le Rond-Point a voulu savoir les noms des villes qui ont entre 15 000 et 30 000 habitants. Il a obtenu rapidement une liste de toutes ces villes. Il en a été de même pour l'entité « réserve indienne » où nous avons pu obtenir une liste de « 30 items trouvés ». Nous avons voulu aussi savoir dans quels éléments du dictionnaire il était possible de trouver le mot « Duplessis ». Après une quinzaine de minutes, ce qui n'est pas très rapide, il a obtenu comme réponse : « 26 éléments trouvés ». En cliquant sur Schefferville, le dictionnaire lui a donné l'information suivante : « C'est à cet endroit que le premier ministre du Québec, Maurice Duplessis, rendra l'âme en 1959. » Pour les amateurs de la petite histoire, ils apprendront pourquoi Maurice Duplessis a préféré le nom de Brossard à celui de Forgetville. « Les Brossardois faillirent devenir des Forgetvillois, lit-on dans le dictionnaire, car on se proposait de nommer l'endroit, en 1958, Forgetville en souvenir de monseigneur Anastase Forget (1885-1955), premier évêque du diocèse de Saint-Jean en 1934. Le premier ministre Maurice Duplessis a favorisé Brossard, car Forget pouvait, disait-il, être rapproché de l'anglais forget, oublier, et il désirait éviter que les citoyens de la ville soient étiquetés comme des gens qui oublient.» Qui ne reconnaît pas là l'humour légendaire de ce premier ministre du Québec !

Utilisation pédagogique

Le Rond-Point suggère aux enseignantes et aux enseignants du primaire et du secondaire de prendre connaissance de ce cédérom, car Noms et lieux du Québec pourrait devenir un outil pédagogique extraordinaire entre les mains des élèves. Pourquoi ? Parce que les descriptions toponymiques du dictionnaire fourmillent d'informations historiques, géographiques, ethnographiques et autres ; parce que les désignations toponymiques couvrent l'ensemble du territoire du Québec et parce qu'elles sont accompagnées d'une carte et, généralement, d'une photo. À cet égard, le choix des photos fournit une collection impressionnante d'images sur le Québec. Par ailleurs, les cartes offrent une cartographie de l'espace québécois qui permet une excellente initiation à la carte du Québec.

La fonction recherche du logiciel donne à tout utilisateur l'occasion de se servir de sa créativité afin de trouver des renseignements très variés sur le Québec. Par exemple, il pourra trouver la liste des noms de villes ayant entre 15 000 et 30 000 habitants, la liste des lacs au Québec ou dans une région, ou encore des informations sur la grotte de Boischatel, etc. Dans le cas de la grotte de Boischatel, la légende de la photo peut être l'occasion de visionner un film documentaire et de faire une recherche passionnante en géographie physique. L'utilisation didactique de cette ressource électronique pourrait autant toucher la géographie physique et humaine que l'histoire, la politique, l'économie, la démographie, etc. Ce logiciel ne demande que l'action créative de chacun de nous.

Complément d'information

Les ponts toponymiques France-Québec

Un ouvrage qui décrira quelques 233 noms de lieux identiques, relevés à la fois en France et au Québec, pour souligner le 30e anniversaire de la coopération culturelle France-Québec.

Le Centre de coopération interuniversitaire franco-québécoise annonce la publication d'un dictionnaire toponymique entre la Commission de toponymie du Québec et la Commission nationale de toponymie de France. Cette publication a pour objectif de mettre en lumière, par les migrations toponymiques, les relations historiques entre les deux peuples.

Cette réalisation fera l'objet d'un thème majeur d'une exposition sur la coopération culturelle France-Québec prévue à l'agenda du Musée de la civilisation du Québec pour janvier 2000, mais qui sera d'abord présentée à Paris en mai 1999.

Québec, 27 juin 1999

Bonne navigation !

Bruno Deshaies
Québec, 8 juin 1999

Les Publications du Québec

1500 D, rue Jean-Talon Nord
1er étage
Québec (Québec)
G1N 2E5

Courrrier électr. : service.clientele@mrci.gouv.qc.ca
Site Internet : http://www2.publicationsduquebec.gouv.qc.ca/home.php#

Du lundi au vendredi, de 8 h 30 à 17 h

Téléc. : 418 643-6177 ou 1 800 561 3479
Tél. : 418 643-5150 ou 1 800 463 2100
Mise à jour : 10.12.2004


Page d'accueil    Commentaires  Haut